infobulle
infobulle

COVID-19 : Enedis en service restreint

Actualités

Retour à la page précédente

Autoconsommation collective de Pénestin

11/02/2019 | France

Thèmes :

Autoconsommation collective de Pénestin : un projet collaboratif au service des habitants

logo de la sndgct maquette de l'autoconsommation

A Pénestin, dans le Sud du Morbihan, le projet Partagélec vise à rendre le territoire un peu plus autonome énergétiquement. Et aussi plus solidaire vis-à-vis des collectivités voisines. Ce témoignage permet de croiser les points de vue sur le déroulement du projet Partagélec et d’en tirer les bonnes pratiques pour d’autres territoires.

« Partenariat des Savoirs » : un dispositif pour comprendre, apprendre et entreprendre

portrait de jacky benhamou

Jacky Benhamou

Premier syndicat national des dirigeants généraux de collectivités territoriales, avec 60 % de professionnels dirigeants de la fonction publique territoriale adhérents, le SNDGCT œuvre aux côtés des élus pour faire avancer les territoires. Dans le cadre de leur dispositif de réflexion « Partenariat des Savoirs », le SNDGCT amorce une démarche participative d’innovation avec pour thème central les défis du nouveau modèle économique. « Ce contexte économique, social et politique inédit et durable est propice à l’innovation avec nos partenaires privés, et universitaires publics », indique Jacky Benhamou, vice-président du SNDGCT. « Il s’agit de relever les défis de « l’économie frugale » en faisant plus avec moins, en recherchant et en affirmant nos valeurs communes. Il s’agit également de rechercher de nouvelles gouvernances et complémentarités dans nos actions au service des projets de territoire. »

Des projets porteurs de sens sur les territoires

C’est ainsi que le SNDGCT travaille de concert avec Enedis, partenaire historique, sur la mise en lumière de projets collaboratifs porteurs de sens sur les territoires. Notamment dans le domaine de la transition écologique. « Nous avons une quarantaine de partenaires dont Enedis, avec qui nous cherchons à valoriser les expérimentations locales afin de les dupliquer. L’idée est d’aller chercher ce qui se fait de mieux sur les territoires, de le faire savoir afin de croiser avec d’autres expériences pour que chacun puisse comprendre, apprendre et entreprendre. » Une démarche collaborative au service des habitants. « Il s’agit de mettre en œuvre l’excellence de nos expertises au service d’un territoire », ajoute-t-il. Par ailleurs, faire travailler ensemble public et privé permet de valoriser les complémentarités, de partager les expériences afin de construire un projet positif. « Notre volonté est de tout mettre en perspective. Ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas afin de nous améliorer ensemble. Tout cela, sans perdre de vue nos valeurs. » En résumé, l’objectif de ce dispositif Partenariat des Savoirs est d’apprendre à faire mieux, ensemble, au profit de l’intérêt général.

Partagélec, une énergie locale et renouvelable pour un usage collectif

A Pénestin, commune rurale de bord de mer, située à l’embouchure de la Vilaine au carrefour entre le Morbihan et la Loire Atlantique, la maîtrise de l’énergie fait partie des enjeux de territoire. Pour le maire, Jean-Claude Baudrais, l’objectif est de mutualiser les coûts en travaillant collectivement sur des projets, afin de réaliser de réelles économies d’échelles. C’est ainsi qu’est né Partagélec.

Jean-Claude Baudrais

Dotée d’une superficie de 20 km2 et comptant 1.800 habitants à l’année, contre 20.000 durant la saison estivale, Pénestin vit du tourisme et de la mytiliculture. Depuis 2011, les élus réfléchissent à une meilleure gestion et autonomie énergétique. Cela a commencé par l’équipement en panneaux photovoltaïques de la mairie, puis de la salle polyvalente en 2016 et enfin du centre technique municipal en 2018. « Trois projets qui proposent des modes opératoires énergétiques plus rentables », indique le maire. « Nous avions déjà mené une étude en 2011 concernant le centre technique municipal car il possède une surface de toiture intéressante, 337 m2, mais il nous a fallu attendre 2016 et la nouvelle réglementation sur l’autoconsommation collective pour faire aboutir le projet », raconte Clément Mahé, chargé de mission énergie, climat et mobilité auprès de Cap Atlantique, la communauté d’agglomération à laquelle appartient Pénestin. Démarches administratives, urbanisme, raccordement Enedis et convention d’autoconsommation collective sont réalisés par Christophe Laly, chargé de mission chez Morbihan Energie, le syndicat de l’énergie morbihannais. « Cette convention est un élément imposé par le dispositif législatif », indique-t-il.

13 adhérents fournis en électricité renouvelable

L’installation de Partagélec, nom de l’association Loi 1901, structure officielle qui porte le projet d’autoconsommation collective sur cette commune, repose sur un toit de panneaux photovoltaïques de 237m2 sur le centre technique. Ils permettent de produire, dès le premier mois d’exploitation 5.200 Kwh d’électricité. « C’est plus que nos estimations », confie Clément Mahé. Les premiers clients de cette électricité produite localement sont les voisins, principalement des artisans de la zone du Closo. La collectivité a la possibilité de connecter 76 clients sur ce poste source. Pour l’heure, 13 adhérents, dont 12 artisans sur les 20 que compte la zone d’activité ainsi qu’un premier pavillon individuel, sont raccordés à cette production électrique locale d’origine renouvelable.

« Démarche volontaire dans un projet de développement durable »

Christophe Laly

« Pour eux, le gain financier n’est pas majeur. Ce qui les motive, c’est cette démarche volontaire dans un projet de développement durable », reconnaît Jean-Claude Baudrais. Le contrat garantit un tarif unique pendant 20 ans, sous réserve que les taxations de l’Etat ne soient pas trop élevées. Garagiste, maçon, mécanicien, mytiliculteur ou encore bar restaurant sont désormais fournis en électricité, pour 1 à 20 % de leur consommation, en proximité et en énergie propre. « Nous attendons la fin de l’année pour obtenir les retours d’expériences », commente Christophe Laly. « Si on n’atteint pas 100 % de l’électricité produite consommée par les adhérents de Partagélec, alors on ira chercher de nouveaux consommateurs complémentaires localement ».

 

https://www.smartsurvey.co.uk/s/8IEME/

Ce projet d’autoconsommation collective est une des premières en France. Le projet, qui a nécessité un investissement de 38.000 € en panneaux photovoltaïques a été financé par Morbihan Energie. Le fournisseur Emeraude Solaire, déjà partenaire de Morbihan Energie sur plusieurs installations sur bâtiments publics, a obtenu l’appel d’offres. Les études préalables, d’une valeur de 18.000 € avaient été cofinancées par Cap Atlantique, la ville de Pénestin, Morbihan Energie, le syndicat de l’énergie de Loire Atlantique Sybela et la région Pays de la Loire. Restent encore à charge 1.500 € par an de maintenance.

Un enjeu de territoire - Une mutualisation des compétences

Au cœur de ce projet de territoire, deux acteurs sont main dans la main partageant la même ambition de servir l’usager : Morbihan Energie et Enedis. Le premier, syndicat qui regroupe 253 communes du Morbihan, est propriétaire du réseau électrique sur son territoire. Le second, concessionnaire de ce réseau, l’achemine chez les usagers avec un souci constant de répondre aux besoins des collectivités. Ensemble, ils ont fédéré les acteurs autour du projet Partagélec.

Marc Posnic

Au sein du pôle Concessions et Territoires d’Enedis, Marc Gratton mobilise ses équipes autour des Solutions aux Territoires en lien avec la transition énergétique. « Enedis est un des acteurs de l’écosystème local sur la question énergétique », reconnaît le Responsable du Département Solutions aux Territoires. « Notre mission de service public doit répondre aux besoins d’attractivité des territoires. C’est dans ce cadre que nous accompagnons le projet Partagélec, deuxième dispositif Breton d’autoconsommation collective dont l’enjeu repose sur l’appropriation et la gestion locale », poursuit-il. « Outre la distribution d’électricité, notre rôle chez Enedis est d’accompagner la numérisation du réseau, de mettre à disposition des données grâce notamment au déploiement du compteur Linky », indique de son côté Marc Posnic, directeur territorial Morbihan chez Enedis. Si le Morbihan est aujourd’hui équipé à 50 % de ces compteurs, Pénestin fait partie des premières communes sur lesquelles il a été installé en 2017. Un préalable au projet Partagélec.

Produire et distribuer l’énergie localement

Marc Aubry

« Pour mettre en place ce que j’appellerai un AMAP de la production électrique, où l’on produit et distribue localement l’électricité auprès de consomm’acteurs », précise Marc Posnic, « nous avons besoin d’affecter les flux d’énergie ½ heure par ½ heure et cela, seul Linky permet de le faire ». Adapter le réseau pour qu’il soit prêt à accueillir de nouveaux développements de production et de partage d’énergie renouvelable, et numériser les flux afin d’émettre les facturations et bonne et due forme, telles sont les vocations d’Enedis qui accompagne Morbihan Energie. Son directeur général, Marc Aubry l’assure : « la transition énergétique est au cœur de notre mission territoriale ». Pour Marc Gratton, du pôle Concessions et Territoires, les équipes nationales d’Enedis sont désormais en ordre de marche pour répondre à d’autres projets de ce genre. « Nous avons conçu une solution qui permet d’utiliser les données et de les transmettre aux acteurs concernés afin de bien gérer les flux et les facturations adéquates. Nous avons aujourd’hui la capacité de déployer cette solution sur d’autres projets similaires sur l’ensemble du territoire. »

Revendiquer le droit à l’expérimentation

Marc Gratton

Précurseur au niveau national, Morbihan Energie a su relever le défi de la transition énergétique dès qu’une opportunité légale s’est offerte. En effet, quand un changement de loi autorise enfin, en 2016, à produire de l’énergie sur un bâtiment et à le distribuer à proximité sur le réseau basse tension, Morbihan Energie saisit l’occasion. « Notre bâtiment à Vannes est ainsi expérimental. Son toit de 750 m2 de panneaux photovoltaïques dessert en énergie le lotissement et le bâtiment d’un club de sport voisins », indique Marc Aubry. Une première innovation positive que Morbihan Energie souhaite essaimer. Et c’est à Pénestin que le nouveau projet prend forme. Grâce à un business plan qui s’équilibre, le projet Partagélec est économiquement rentable. Techniquement, l’opération est tout à fait réalisable. « Reste que juridiquement, nous avons besoin de simplification », commente Marc Aubry qui espère que d’autres collectivités locales porteront ce type de projets. Aujourd’hui, Enedis soutient d’ailleurs cinq projets d’autoconsommation collective au niveau national. « Alors que la Bretagne est située dans une péninsule électrique et que la demande en consommation électrique ne cesse de grandir en raison d’une croissance démographique, l’autoconsommation collective rééquilibre la distribution électrique et s’inscrit véritablement dans une démarche de développement durable », assure le directeur général de Morbihan Energie. Marc Aubry revendique le droit à l’expérimentation sur les territoires et un assouplissement du cadre juridique. Il milite ainsi pour une organisation déconcentrée et décentralisée. Une stratégie long terme que partage Enedis. « In fine, chez Enedis, notre ambition quotidienne est d’accompagner les projets locaux dans leurs préoccupations de transitions énergétiques », conclut Marc Gratton.

*
Retour à la page précédente